Un peu moins essentielle que les autres parties de la monture au niveau mécanique, elle doit tout de même assurrer au télescope une stabilité parfaite tout en absorbant un maximum les vibrations du sol ou des moteur d'entrainement, ce qui implique en général une hauteur très faible et un centre de gravité le plus bas possible.
Dans cette optique le bois semblerait légèrement plus attractif que le métal.
Dans tous les cas, cette partie n'étant pas en mouvement, il est judicieux de l'alourdir un maximum et de la surdimensionner selon les contraintes...

img010

La base fait la liaison entre l'axe horaire et le sol, elle doit donc comporter un plan incliné à peu près à 45degrés, et suivant l'utilisation, son inclinaison ainsi que l'horizontalité de l'ensemble doit pouvoir être reglable.
Ses dimensions doivent pouvoir assurrer une fixation solide des paliers de l'axe horaire c'est pour sa qu'il est préférable d'opter pour des planches très épaisses si on opte pour le bois (>24mm) voir même les doubler.

img012

Comme dans la plupart des constructions mécaniques, les structure triangulaires sont à préférer si l'on opte pour une structure métallique pas trop encombrante.

img011

A part les fonctions énnoncées plus haut, la base d'une monture ne demande pas un cahier des charges extrêmement spécifique, c'est pour cela que sa conception  est relativement libre.

Ma réalisation personelle a été conçue ainsi juste par soucis de simplicité, on peu noter sur les photos qu'un grand nombres d'équerres, et des tiges filetées sont présentes, elles sont sens rigidifier l'ensemble.
Toutes les planches ont été ajustées, collées, puis vissées dans la foulée, il est nécessaire d'employer un nombre assez important de cales et de serre joint pour ne pas devoir s'apercevoir que les pièces ont été montées de travers, une fois le collage ayant pris effet.

img009